Partage de connaissances et coopération avec les communautés locales en Australie

publié: 09/08/2022

À l’occasion de la Journée internationale des peuples autochtones, nous nous sommes entretenus avec Rebecca Gentle, conseillère principale en matière d’engagement communautaire à la Mine McArthur River (MRM) en Australie. Cette année, l’évènement met l’accent sur le rôle des femmes autochtones dans la préservation et la transmission des connaissances traditionnelles, ce que Rebecca sait apprécier à sa juste valeur. Non seulement a-t-elle tissé des liens étroits avec la communauté locale Borroloola, mais elle a également contribué à la rédaction et à la publication d’un livre sur la médecine traditionnelle, inspirée par une aînée passionnée. La collaboration de Rebecca avec les communautés locales incarne l’ouverture et la responsabilité que nous souhaitons voir dans l’ensemble de nos opérations de par le monde. Lisez la suite pour en savoir plus sur son histoire.

« J’ai grandi dans une petite ville de campagne, à Forbes, en Nouvelle-Galles du Sud (NSW). Même si j’étais enfant unique, j’ai pu profiter d’une grande famille élargie, dans laquelle nous nous soutenions tous les uns les autres. La famille est la chose la plus importante pour moi. Vous savez, je n’ai pas beaucoup changé depuis que je suis enfant... La pêche, le camping, la vie en plein air – tout cela a toujours fait partie de moi.

J'avais pour passion d’explorer la côte de la Nouvelle-Galles du Sud pendant mon temps libre, mais c’est désormais plutôt le Territoire du Nord que j’aime arpenter. Il y a beaucoup de beaux endroits ici, mais je dois dire que la chose que j’aime le plus, c’est être sur l’eau. J’apprécie énormément l’équilibre travail-vie personnelle, que je dois à la combinaison entre mon chez-moi à Howard Springs, Darwin, et de mon lieu de travail  à la mine McArthur River.

Lorsque j’étais petite, mon père travaillait dans le secteur minier, j’ai donc compris ce que tout cela signifiait, mais ce n’était pas une chose à laquelle j’aspirais réellement. En effet, j’ai commencé dans les ressources humaines, où j’ai travaillé 12 mois durant, et j’ai ensuite atterri dans ce rôle d’engagement communautaire. J’ai commencé en février 2013, et neuf ans plus tard, je suis toujours là!

Mon rôle est de gérer un programme de consultation et de coopération étroite avec la communauté locale de Borroloola (à environ 60 kilomètres en aval de la mine), ce qui profite à tout le monde. Je travaille à la fois sur place et en ville, rendant possible un bon équilibre et la flexibilité requise pour travailler étroitement avec la communauté, une communauté qui compte une importante population autochtone.

J’ai été surpris de voir à quel point la culture autochtone est complexe. Il y a quatre groupes linguistiques autochtones différents à Borroloola, dans quatre camps urbains. Tout le monde a sa propre vision de la culture, mais il y a une véritable complexité dans la façon dont tout cela s’intègre à un ensemble.

J’ai eu la chance d’avoir établi des liens incroyables avec les habitants de Borroloola. Leurs connaissances, leur culture et leurs langues – tout cela est absolument incroyable. Quand je suis loin de MRM ou de Borroloola, j’ai le sentiment que je dois y retourner et m’enraciner à nouveau dans la communauté. C’est là une chose qui me surprend à propos de moi-même. »

« J’ai eu la chance d’avoir établi des liens incroyables avec les habitants de Borroloola. Leurs connaissances, leur culture et leurs langues – tout cela est absolument incroyable. »

« Nous essayons également d’établir de tels liens sur le site de la mine. Nous organisons des soirées culturelles autochtones où nous invitons des aînées sur le site, afin qu’elles nous montrent comment fabriquer des remèdes de brousse traditionnels et cuisiner du bush tucker (plats ancestraux à base d’ingrédients trouvés dans la brousse). Ces liens augmentent considérablement le nombre de stagiaires qui prennent part à notre programme d’emploi pour les autochtones.

Il y a maintent beaucoup plus de personnes issues de la communauté de Borroloola qui travaillent sur le site minier, et qui y partagent aussi leurs connaissances. »

« Ce dont je suis la plus fière, ce sont les réalisations que j’ai accomplies en tant que membre d’une équipe, y compris le lancement du livre Bush Tucker. MRM a travaillé avec la communauté Borroloola pour compiler et publier ce livre sur les médicaments de brousse ainsi que sur les plats traditionnels. C’est le résultat d’une relation étroite que j’avais avec une aînée en particulier. Elle avait une véritable passion pour le partage de sa culture et de sa langue, et surtout de leur maintien en vie. Elle a toujours voulu publier un livre, mais malheureusement, elle est décédée avant de pouvoir en faire ainsi.

Il m’a fallu beaucoup de temps pour rassembler toute l’information pour le livre, mais le point culminant pour moi a été d’accéder à ce savoir ancestral, tout en consultant quatre groupes linguistiques différents pour recevoir des informations sur le bush tucker régional. Je suis très fière d’avoir réussi cela!

Le conseil que je donnerais à toutes celles et ceux qui souhaitent travailler dans l’industrie minière – soyez ouvert à toute opportunité qui se présente à vous, et soutenez-vous les uns les autres, et ce, de tout temps. »

Cela pourrait aussi vous intéresser

Journée internationale de la femme 2022
En Afrique du Sud, par exemple, nous collaborons avec TauSadi Mining & Engineering, l’une des premières entreprises du secteur appartenant à des femmes. Ses fondatrices sont passionnées par la participation des femmes à la croissance économique et au développement des économies émergentes africaines.
En savoir plus
Maryann Wipaki
Maryann Wipaki est une femme remarquable. Depuis plus de vingt ans, cette Australienne s’engage sans relâche pour la sécurité de nos collaborateurs, le bien-être des communautés dans lesquelles nous vivons et travaillons, la protection de l’environnement et le renforcement de la diversité et de l’inclusion dans l’industrie des matières premières.
En savoir plus
Lydie Malaika
Nous nous sommes entretenu avec Lydie Malaika, ingénieure métallurgiste chez la Kamoto Copper Company en République démocratique du Congo (RDC).
En savoir plus
Journée des droits de l’homme 2021
Réduire ensemble les inégalités et renforcer les droits humains
En savoir plus
Journée internationale des femmes et des filles dans la science
Chez Glencore, nous sommes fiers de pouvoir compter sur une vaste communauté de femmes motivées et entreprenantes. Voici le témoignage de Rosa Benito, qui a choisi une carrière de métallurgiste et a atteint son objectif de devenir opératrice dans notre mine d'Antapaccay, au Pérou.
En savoir plus