Zambie

Mopani Copper Mines Plc

En 2000, Glencore acquiert Mopani Copper Mines Plc (Mopani) en Zambie, un site auparavant exploité par le gouvernement zambien. Mopani joue un rôle crucial pour l'économie zambienne. La protection de nos employés et des communautés locales est pour nous une priorité absolue. Nous entretenons des relations constructives et durables avec toutes les parties prenantes en Zambie, et avons pour ambition de contribuer sur le long terme – tant au pays qu’à sa population.

 

Vous pouvez télécharger cette fiche d'information en allemand et en anglais.

Mopani en quelques chiffres

> 14 000

employés et partenaires contractuels

$ 4,4

milliards investis dans la modernisation des infrastructures

$ 1,4

milliards en impôts et taxes payés au gouvernement zambien entre 2000 et 2019

$ 500

investis dans l’amélioration des procédés de captation des émissions de dioxyde de soufre entre 2006 et 2014

$ 50

millions alloués à la rénovation de la fonderie afin d’assurer des procédés et opérations plus fiables et sûres

$ 1,8

milliards investis dans des projets d’expansion pour étendre la durée de vie de l’exploitation de 25 ans

95 %

de cas de paludisme en moins à Kitwe et Mufulira depuis 2000, grâce à notre programme de prévention sanitaire local

La fonderie de Mopani – un nouveau départ en 2020

Assurer un fonctionnement responsable

La santé et la sécurité de nos employés ainsi que des communautés locales est notre priorité absolue. Mopani, en existence depuis les années 1930, a plus de 80 ans. Nos activités y couvrent l'ensemble de la chaîne de production du cuivre : de l'extraction du minerai jusqu’à l’exportation du métal fini, en passant par les phases de concentration, de fusion, d'affinage et de conditionnement. Depuis toujours, Mopani est une opération complexe, et des décennies d’exploitation de la fonderie ont laissé derrière elles quelques défis. 

Nous avons investi plus de USD 4 milliards dans de nouvelles infrastructures et la modernisation des installations existantes depuis notre arrivée en 2000. Aussi, nous sommes attachés à continuellement améliorer les performances environnementales de la fonderie. Ce faisant, nous avons assuré des emplois, réduit l'impact environnemental de nos activités et contribué à l'économie zambienne.

Six mois durant (entre juin 2019 et janvier 2020), la fonderie a été mise hors service pour des travaux de rénovation conséquents. Nous nous attendons à ce que ces travaux rendent la fonderie plus fiable, nous permettant ainsi d’assurer encore mieux la sécurité de nos employés et de la population locale.

Nouvelle équipe, nouvelle culture d’entreprise

Nous souhaitons agir de manière responsable et exploiter le site de Mopani conformément à la licence qui nous a été décernée par l’instance environnementale zambienne (ZEMA).

La nouvelle direction, forte de ses expériences en Australie et au Canada, apporte avec elle une expertise de fond et un leadership précieux. Ce tournant s’inscrit de ce fait dans la philosophie de Glencore, à savoir de mettre à profit les compétences dont est riche notre entreprise.

A nos yeux, la sécurité et le bien-être de nos employés, des communautés locales et de l'environnement passent avant toute chose. Les nouveaux processus de décision, tout comme les formations et les contrôles opérationnels mis en place, reflètent bien cette priorité. En les associant aux nouvelles compétences de gestion, des perturbations et défaillances techniques devraient pouvoir être écartées à l’avenir.

Alt

Amélioration de la qualité de l’air et surveillance des émissions

Nous comprenons et partageons les préoccupations des parties prenantes en matière de qualité de l'air. Les émissions attribuables à Mopani ont diminué sous notre direction. Nous sommes toutefois conscients que nous devons poursuivre nos efforts en ce sens, ce pourquoi nous continuons de travailler à l'amélioration de nos opérations en vue de minimiser les éventuels effets néfastes sur les communautés locales et l'environnement. A cette fin, les mesures suivantes ont été prises :

  • L’introduction d'une nouvelle structure organisationnelle et de pratiques opérationnelles qui visent une performance plus fiable et plus sûre. Cela signifie également que les opérations de fusion peuvent être mises à l’arrêt temporairement si besoin.
  • Des travaux de maintenance réguliers, comprenant la cessation planifiée des opérations (la centrale étant mise à l’arrêt pendant 48 heures pour permettre les travaux de maintenance).
  • Une coopération avec des spécialistes dans le domaine de la modélisation de la qualité de l’air.
  • Afin d’identifier d’éventuelles fuites ou des émissions excessives, des systèmes de surveillance ont été mis en place. 24 stations mesurant la qualité de l'air ont été installées à des emplacements stratégiques autour de la fonderie. Ces dernières viennent s’ajouter aux sept stations déjà en service dans les communes environnantes. Une surveillance accrue permet de détecter tout dépassement des valeurs limites à un stade précoce, et d’y réagir instantanément. En raison du rationnement continu de l’électricité en Zambie, les stations de mesure dans les communes sont reliées à une alimentation de secours à énergie solaire, ce qui garantit un suivi ininterrompu des émissions.
  • Un plan d'urgence global a été instauré afin de pouvoir répondre au mieux en cas de potentiel dépassement des limites d'émission. La communauté locale a été impliquée dans l'élaboration de ce plan et nous avons procédé à des tests de sirènes et à des formations de premiers secours. En outre, les installations médicales ont été contrôlées pour qu'elles soient en mesure de fournir des soins si nécessaires.

Ces améliorations opérationnelles rendront possibles des performances plus stables ainsi qu’une meilleure captation du dioxyde de soufre, sans oublier le rôle important qu’elles joueront pour la réduction de nos émissions.

Des autorités et communautés locales impliquées

Nous entretenons des échanges réguliers avec les autorités zambiennes telles que la ZEMA, ainsi qu'avec les communautés locales, principalement en ce qui concerne nos mesures d'amélioration opérationnelle ou nos performances.

Notre objectif principal est une réduction de la fréquence et du volume des émissions excessives, menant ainsi à une minimisation de leur impact sur les communautés locales. Nous ne pouvons cependant pas exclure de potentiels dépassements à l'avenir, ce dont nous avons conformément informé nos partenaires locaux.

Nous sommes déterminés à communiquer ouvertement et de manière transparente avec toutes les parties prenantes, et nous engageons à répondre du mieux que nous le pouvons à leurs besoins. 

Le regard tourné vers l’avenir

Les opérations de fonte ont repris le 22 janvier 2020. Les importantes perturbations de la mobilité internationale, du transport et des chaînes d'approvisionnement engendrées par la pandémie de COVID-19 contribuent à un environnement commercial difficile. Pour cette raison, le site de Mopani est passé à une opération d’entretien et de maintenance générale en avril. La fonderie et la raffinerie poursuivent leurs activités jusqu’à nouvel ordre, et des discussions avec le gouvernement zambien sont en cours afin de déterminer des marches à suivre.

Notre intention est d’assurer que Mopani reste une entreprise durable qui contribue à l'économie zambienne sur le long terme, et que la population locale puisse profiter des bienfaits de sa présence. Les nouveaux procédés opérationnels et systèmes de surveillance ont été conçus pour garantir une réaction rapide en cas d’augmentation des émissions, ainsi qu’en vue d’assurer une communication plus efficace avec la communauté locale.

En cas de questions, veuillez contacter directement nos collègues de Mopani

Prise de position concernant le cas Miti en Zambie

 

Septembre 2020

Mopani exprime sa compassion la plus sincère pour la famille de Madame Miti, et se montre profondément affectée par son décès en 2013. 

Mopani est au regret d’exprimer sa déception face à la décision rendue par la Cour suprême zambienne.

La fonderie de Mufulira – qui a plus de 80 ans – présente un certain nombre de défis complexes liés à son héritage. En 2000, Glencore a acquis une participation de 73,1 % dans Mopani, le restant des parts étant détenues par l'État zambien. Avant l’acquisition de Mopani par Glencore, l'usine émettait du dioxyde de soufre (SO2) de manière incontrôlée depuis plus de 60 ans. Suite à sa reprise par Glencore, Mopani a effectué des améliorations opérationnelles majeures en vue de mieux gérer et de minimiser l'impact de ses activités, comme notamment un meilleur enregistrement des émissions. De surcroît, Mopani a mis en place de nouvelles procédures opérationnelles axées sur la stabilité et la sécurité des performances, qui comprennent également des mises à l’arrêt temporaires si besoin. À ce jour, Glencore a investi plus de USD 4,4 milliards dans Mopani. L'optimisation qui est en cours permet de capter davantage de SO2, ce qui est constatable dans la diminution des émissions enregistrées. Plus récemment (en 2019), la fonderie a fait l’objet de travaux de rénovation conséquents pour arriver à une réduction durable des émissions qu’elle génère ; cela a également inclus la cessation effective des activités durant un temps. Depuis, Mopani surveille ses émissions de SO2 en temps réel et travaille continuellement à l’amélioration de ses opérations, et ce en coopération avec des autorités compétentes comme la « ZEMA », l’agence environnementale du gouvernement zambien.

Mopani continuera à dialoguer avec toutes les parties prenantes, afin de s'assurer que l'impact de ses activités sur la communauté locale et l'environnement soit minimisé.

Avec pour objectif d’améliorer la qualité de l'air, Mopani échange régulièrement des informations avec les communautés avoisinant ses opérations et avec les autorités locales (« Area Councillors », comprendre « conseillers régionaux »), lui permettant ainsi de comprendre leurs préoccupations et de les informer des améliorations opérationnelles apportées. Un mécanisme de réclamation est à la disposition des communautés pour qu’elles puissent aisément exprimer leurs préoccupations concernant Mopani. Ce dispositif comprend entre autres des lignes téléphoniques et des registres de plaintes accessibles dans les lieux publics. Les membres des communautés ont en outre la possibilité d’exprimer leurs préoccupations lors des consultations communautaires qui ont lieu régulièrement, ou d’en faire part directement dans les bureaux de Mopani à Mufulira et Kitwe.

 

La prise de position peut être téléchargée ici en français, allemand et anglais.